adimlar-necip-fazil-kisakurek_FRANÇAIS

BIOGRAPHIE EN FRANÇAIS – Necip FAZIL KISAKÜREK

Necip Fazıl Kısakurek est né à Istanbul le 26 Mai 1904 « dans une grande résidence, située dans l’une des rues descendant vers Sultanahmet, à Çemberlitaş » selon ses propres mots . Il a fait ses études dans de différentes écoles et a complété ses études à l’Ecole de la Marine.
Il a fait ses études d’abord à Istanbul, ensuite il est parti pour Paris où il fréquenta les cours de la Sorbonne. Il a poursuivi ses études pendant un an à Paris, en obtenant une bourse d’étude accordée par le Ministère d’Education Nationale (1924 – 1925). Après son retour en Turquie, il travailla comme fonctionnaire et inspecteur dans les banques (1926-1939) à Ankara et à Istanbul ( 1926-1939). Professeur et académicien à l’université d’Ankara et à l’Académie des Beaux-Arts (1939-1943). Ecrivain et journaliste dans les différents journaux et revues ( 1943- 1983.) Il a enseigné à la Faculté de Langues et Histoire – Géographie et au Conservatoire d’Etat à Ankara et à l’Académie des Beaux – Arts à Istanbul (1939 – 1943). À partir de cette date, il a abandonné le fonctionnariat pour gagner sa vie comme écrivain et éditeur de revue.
Necip Fazil Kisakurek est mort à Istanbul le 25 Mai 1983 dans son domicile à Erenköy, après une longue période de maladie, pendant laquelle il n’était pas empêché d’écrire ni de continuer ses activités intellectuelles, et il fut enterré au cimetière d’Eyüpsultan.
* * *
Poète, romancier, dramaturge, nouvelliste, scénariste, essayiste et journaliste, il est unique en son genre. C’est un poète mystique et exalté, une âme pleine de douleurs et de souffrances. Il atteint dans certains passages de son œuvre à une grande profondeur. On l’a considéré même de son vivant comme « le sultan des poètes ». Il a essayé de saisir les mystères de l’au-delà, de la raison et de la conscience. Il écrit son art poétique.
Poussé vers la littérature par une passion de lecture, Necip Fazil affirme débuter « sa vie de poète à l’âge de 12 ans » en évoquant le souvenir de sa mère hospitalisée qui avait exprimé le désir de le voir devenir poète en lui montrant, lors d’une de ses visites le cahier des poèmes composé par une jeune fille tuberculeuse » partageant la chambre d’à côté à l’hôpital.
« Le désir de ma mère m’a paru comme une chose que je portais en moi-même sans m’en rendre compte jusqu’à 12 ans. C’est ma raison d’être, la sagesse elle-même… En regardant la neige tomber et le vent souffler violemment par la fenêtre de l’hôpital, j’ai secrètement décidé en moi-même: je serai poète ! Et je le suis devenu»2 écrit-il plus tard.
Dans ses vers, il s’est servi de la métrique de la poésie française moderne et il a manié la langue turque en virtuose. Dès 1943 il écrit surtout comme métaphysicien rigoureux.

La poésie de Necip Fazil est le représentant d’un art idéaliste et spiritualiste. Il a joué un grand rôle dans le développement de la poésie turque, en utilisant au plus haut degré des données mystiques. Les sujets qu’il a traités dans la poésie ont des rapports trop liés avec ceux de son théâtre. Ce sont en général, le sentiment du péché, le remords, la destinée et la volonté, les rapports entre la raison et les sentiments, le combat entre le matériel et le spirituel, la recherche de l’inconnu, la tentative de dépasser les limites de la raison , le désir d’atteindre les secrets de l’au-delà.
En outre, en tant qu’écrivain et journaliste dans les différents journaux et revues ( 1943 -1983), Necip Fazil a publié la revue hebdomadaire «Ağaç » (L’Arbre) (1936, 17 numéros), revue littéraire et artistique ; et la revue «Büyük Doğu» (Grand Orient ) revue littéraire, intellectuelle et artistique, religieuse et politique (1943 – 1978). «Buyük Doğu» parut parfois en tant que hebdomadaire, parfois en tant que quotidienne et parfois en tant que mensuelle, avec des interruptions jusqu’en 1978.
Nous souhaitons que les deux poèmes dont nous présentons la traduction en français ci-dessous puissent procurer aux lecteurs le plaisir
que le poète lui-même y trouva.
***
SES ŒUVRES:
Poésie :
Toile d’araignée (Ôrumcek Ağı) (1925); Les Pavés (Kaldırımlar) (1928); Moi et l’au – delà (Ben ve Ötesi) (1932); La Caravane de l’infinité (Sonsuzluk Kervanı (1955); Çile (Souffrance) (1974); Şiirlerim (Mes poèmes) (1969); Salutation, (Esselâm) (1973).
Pièces de théâtre :
Le Grain, (Tohum) (1935); Créer un homme (Bir Adam Aaratmak) (1938); Pierre de patience (Sabir Taşı) (1940); L’Argent (Para) (1942); Nam-ı Diğer Parmaksız Salih (l’homme de surnom « Salih sans doigt) (1949); Monsieur le Juge (Reis Bey) (1964); Ahşap Konak (Résidence en bois)

(1964); L’homme à la pèlerine noire, Siyah Pele-rinli Adam, 1954; Younous Emré (1969); Le turban sanglant, (1970);
Romans, Nouvelles, Essais:
Mensonge dans le Miroir (Aynadaki Yalan) (1980); Carte d’identité, (Kafa Kağıdı), (1984); Les Romans de scénario, (1972); Quelques Histoires, Quelques Analyses, (Birkaç Hikâye Birkaç Tahlil) (1932); Nouvelles des troubles d’âme, (Ruh Burkuntularından Hikâyeler) (1964); Mes nouvelles, (Hikâyelerim) (1970). La Symphonie au cheval, 1958; La Sublime Porte, 1975; La Tissure d’idéologie, 1968; Le Pèlerinage, 1974; Les faux – héros, 1984; Les Grands opprimés, 1966; Les 33 grands saints, 1974; Lui et moi, 1974.

international.n-f-k.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>